Skip to content

Deux secondes en moins

Posted in Actualités

Il vient d’arriver au creux de mes mains, il sera dans les vôtres à partir du 13 février et nous l’attendions avec une telle impatience que deux secondes d’attente de plus nous auraient paru des jours.

Je dis « nous » parce que ce premier livre de 2018, je ne l’ai pas écrit seule mais en compagnie d’une auteure pleine de sensibilité : Nancy Guilbert.

Nous nous sommes rencontrées lors d’un salon, lues et découvertes. Très vite, l’envie d’écrire ensemble a pointé le bout de son nez. Très vite, l’idée s’est imposée de s’adresser à des ados, ces lecteurs qui traversent la vie sur des montagnes russes, entre adrénaline et nausée (parfois). Pendant plusieurs semaines, Nancy et moi avons échangé autour de l’histoire à venir et agencé ses minuscules pièces. Soudain, l’urgence d’aborder des thèmes forts nous a propulsées vers l’avant, avec beaucoup d’émotion. Nancy Guilbert parle très bien de la genèse de ce roman sur son blog que je vous invite à visiter par ici.

En janvier 2017, elle m’a envoyé ses premières lignes : Rhéa, le personnage qu’elle m’avait déjà présenté, y prenait corps et voix. Cette adolescente en deuil a ouvert le chemin à Igor, le personnage défiguré que j’avais en tête depuis des années. Après la lecture des pages de Nancy, j’ai écrit d’une traite et sur mon ordi (ce qui était à l’époque plutôt inédit pour moi qui aime l’écriture manuscrite), le premier chapitre de notre roman désormais « en cours » où Igor livrait sa colère et son désespoir.

Jusqu’en mai, nous nous sommes envoyés nos textes à tour de rôle, fidèles à nos narrateurs (Rhéa pour Nancy, Igor pour moi). Nous lisions, commentions, modifions, faisions des suggestions pour chaque texte… et relevions nos tics d’écriture quand on en abusait 😉

C’est ça la magnifique aventure de l’écriture à quatre mains : sortir de sa zone de confort et de ses habitudes de création, remettre en question son texte et l’améliorer, toujours, grâce à l’autre. C’est partager son quotidien d’écriture, ses aléas, ses découragements et ses emballements, même à distance. C’est s’envoyer des centaines de mails et textos. C’est aussi prendre soin des personnages, leur faire endurer le pire et leur redonner espoir, pleurer et rire avec eux, ensemble, encore une fois. Au cours de ces mots partagés, nous avons formé un beau duo, avec pour fond musical Schubert. Nous nous sommes prises par la main. Un peu comme nos personnages et de façon si différente pourtant.

Je suis heureuse que ce roman ait vu le jour et paraisse aujourd’hui aux éditions Magnard.

J’espère que vous aimerez le lire autant que j’ai aimé l’écrire !

Si vous souhaitez le découvrir davantage, c’est par là 🙂

One Comment

  1. Comme tu décris si bien ce merveilleux moment d’écriture à quatre mains, Marie !
    Je suis émue de te lire car cela me rappelle des heures et des heures de souvenirs.
    A très vite pour la suite !

    6 février 2018
    |Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :